Burkina : une attaque djihadiste fait au moins 20 morts

0

Une attaque djihadiste contre le détachement de gendarmerie d’Inata, dans le Nord du Burkina Faso, a coûté la vie à au moins dix-neuf militaires et un civil.

Au moins 19 gendarmes et un civil ont été tués, ce dimanche 14 novembre, au cours d’une attaque perpétrée contre le détachement de gendarmerie d’Inata. Cette attaque meurtrière imputée aux djihadistes a eu lieu dans le Nord du Burkina Faso, ont annoncé l’armée et le gouvernement.

« Vers 05h30, le détachement de gendarmerie de Inata a fait l’objet d’une attaque terroriste… Nous avons comme bilan provisoire 20 décédés, dont un civil… Les gendarmes attaqués ont résisté et se sont battus avec bravoure», a précisé le ministre burkinabè de la Sécurité, Maxime Koné, ajoutant que « des rescapés ont été retrouvés ».

Dimanche soir, les autorités burkinabè avaient indiqué que « les opérations sont toujours en cours et le travail de recherche se poursuit ». Une source sécuritaire a confié à Anadolu que l’attaque, intervenue dans la région du Sahel, dans la province du Soum, est l’œuvre d’un « nombre important d’individus armés, à bord de plusieurs pick-up et motocyclettes ».

La source du journal a par ailleurs fait état « de longs échanges de tirs », qui ont ponctué cet assaut meurtrier. Parallèlement, le ministre de la Communication par ailleurs porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, a indiqué qu’une autre attaque a eu lieu dimanche matin, à Kelbo, commune de cette même province où les gendarmes ont été attaqués.

Cette seconde attaque rapportée en terre burkinabè le même jour n’a toutefois pas fait de victime, indique le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. « Fort heureusement, cette attaque a été repoussée par les soldats, aidés par les Volontaires pour la défense de la patrie », a ajouté Ousséni Tamboura.

Ces attaques interviennent après celle du vendredi 12 novembre, ayant coûté la vie à sept policiers, alors que cinq autres ont été blessés. Selon la direction générale de la police du Faso, l’assaut a été mené à Alkoma, toujours dans le Nord-est du Burkina Faso, dans la province voisine du Séno.

A lire : Burkina Faso : deux civils tués dans une attaque (officiel)

Leave A Reply

Your email address will not be published.